Quel bac choisir pour faire des études dans le domaine de l’art ?
21 août 2014
En voir plus

Comment intégrer les meilleures prépas en art ?

Comment intégrer les meilleures prépas en art ?

 

intégrer les meilleures écoles d'art

Les métiers de l’art continuent d’attirer les étudiants ! Pour pouvoir suivre une formation diplômante en arts ou en arts appliqués, les jeunes bacheliers se tournent vers les classes MANAA dans la France entière. Celles-ci sont proposées à un nombre d’étudiants limité dans un grand nombre d’établissements plus ou moins réputés. Alors comment intégrer les meilleures MANAA ?

Au moment de choisir leur MANAA, obligatoire pour les lycéens des sections générales, les jeunes bacheliers souhaitent se donner toutes les chances de réussir à entrer dans le monde de l’enseignement supérieur. Si certains choisissent la prépa la plus proche de leur domicile, les plus motivés inscrivent le nom d’écoles prestigieuses lors de leur procédure APB. Les établissements les plus sélectives sont bien sûr les écoles supérieures. On retrouve les ESAA Boulle et Duperré, l’ENSAAMA Olivier de Serresécoles, l’ESAIG Estienne, et l’ESAAT à Roubaix. Il s’agit d’établissements publics. Parmi les établissements privés, on peut citer la LISAA, l’école de Condé, Bellecour à Lyon, l’ESMA, l’institut Sainte-Geneviève.

Grâce au référentiel du ministère de l’Éducation, les enseignements sont relativement les mêmes mais leur qualité est appréciable vis à vis du corps professoral, des moyens matériaux et techniques mis à disposition des étudiants. Pour les stages, suivre son stage dans une métropole où la politique culturelle est importante est aussi un point à prendre en compte. Ainsi, la plupart des établissements les plus réputés sont bien sûr à Paris, capitale des arts. Il s’agit pourtant des établissements les plus sélectifs. Moins de 2% des candidats sont admis.

L’objectif de la MANAA est de donner sa chance à un maximum d’étudiants pour se lancer dans des études artistiques et une carrière dans les métiers de l’art. Le niveau technique et plastique des étudiants compte peu. Le sérieux dans le travail, la personnalité et la créativité des prétendants sont censés faire la différence. Mais plus la concurrence est rude, plus le niveau requis est rehaussé par les établissements. Si la formation se présente comme une année de remise à niveau en arts, les candidats doivent déjà faire preuve d’un certain savoir faire technique, d’une très bonne culture artistique ou d’un projet professionnel bien précis. Voici les clés pour réussir à intégrer les meilleures MANAA.

Le dossier d’inscription : sésame à l’entrée en MANAA

La plupart du temps les meilleures prépa MANAA sont dispensées dans des établissements privés. Les modalités d’admission peuvent varier. L’étude des dossiers d’inscription constitue la première et la principale phase de sélection. Par dossier d’inscription il faut entendre l’ensemble du dossier scolaire (bulletins, appréciations des professeurs, notes du baccalauréat) et le dossier artistique. Ce denier n’est pas demandé dans toutes les MANAA. Ce premier book laisse transparaître le niveau technique du candidat, sa gamme de compétences artistiques et surtout sa créativité.

Quant aux dossiers scolaires, il faut savoir que les résultats en option art ou en français ne sont pas les seuls qui comptent. Votre niveau général sera évalué par le jury. Les écoles privées les plus sélectives n’acceptent que les étudiants ayant 16/20 de moyenne. Ce qui permet de faire une sélection naturelle radicale. Dans le public, il est possible de prétendre à une MANAA avec une moyenne comprise entre 12 et 14. L’année de MANAA est très difficile du point de vue du travail demandé. Avec 35 heures de cours par semaine, les étudiants doivent s’accrocher. Cela passe par la motivation bien sûr mais aussi par une réelle capacité de travail et de la régularité. Les options art (histoire de l’art, arts plastiques) sont véritablement un atout pour la sélection en MANAA mais elles ne sont pas obligatoires. De même qu’il n’est pas nécessaire de sortir d’une section littéraire pour être admis. La différence s’établit sur la motivation du candidat et son attrait pour la sphère artistique qui se traduit par des activités artistiques périscolaires, la fréquentation de lieux et de manifestations culturels.

Pour se donner une idée. En 2010, l’école Estienne à Paris avait reçu plus de 3000 candidatures. Sur tous les dossiers, seulement 20 candidats ont pu passer l’entretien et 60 places avaient finalement été attribuées en MANAA. La même année, l’institut Sainte-Geneviève enregistrait moins de 10% d’admis en MANAA. L’école Duperré a recruté 84 étudiants en 2013. 2286 candidatures avaient été déposées, sur lesquelles 309 candidats étaient admissibles. Certains établissements, c’est le cas notamment de l’école Boulle, effectuent leur recrutement uniquement sur le dossier scolaire et la lettre de motivation. C’est là dessus qu’il faut alors miser pour réussir. Les étudiants ont alors moins de chance de bluffer et la lettre de motivation est alors un élément très important pour faire la différence et prouver son mérite d’intégrer la classe de remise à niveau. Retrouvez nos conseils pour bien réussir votre lettre de motivation.

L’entretien de motivation : l’occasion rêvée pour faire ses preuves

Les écoles supérieures publiques reçoivent tellement de candidatures qu’elles n’ont pas le temps d’organiser des entretiens de motivation. Mais pour les lycées et les établissements privés, cette phase de sélection est un excellent moyen de faire la différence par rapport aux concurrents. Mais l’accès à l’entretien est réservé aux meilleurs dossiers. Les étudiants doivent pouvoir présenter un dossier indiscutable pour passer à la seconde étape du recrutement. Là encore, les étudiants sont nombreux, mais ont davantage de confiance pour affronter le jury de sélection. Au moment de préparer leur entretien, les prétendants doivent mettre à jour leurs connaissances artistiques. Leur sensibilité artistique sera un élément clé au moment de la sélection finale. Pour montrer leur intérêt de la sphère culturelle, ils doivent pouvoir faire le point sur les grands évènements artistiques de l’année, présenter des références artistiques originales et variées en arts plastiques, en arts appliqués et dans les métiers de l’art.

L’entretien de motivation permet aux jurés de commenter le dossier artistique du candidat et de le laisser s’exprimer sur ce sujet. Le candidat devra privilégier des productions variées, cohérentes ou non, destinées à montrer son identité et sa culture artistique. En laissant découvrir ses oeuvres, le candidat fait transparaître ses gouts et ses inspirations artistiques (artistes et mouvements). Dans le cas où le dossier artistique n’est pas obligatoire et où le candidat n’a pas beaucoup de travaux à montrer, celui-ci peut amener un simple carnet de croquis, une seule de ses travaux, présenter un projet en cours ou à venir. Il peut aussi amener des photos d’oeuvres qu’il admire ou qu’il trouve intéressantes d’un point de vue totalement personnel.

Les établissements attachent beaucoup d’importance au projet professionnel de leurs potentiels étudiants. Les plus sélectives et réputées s’attendent à ce que le prétendant cite une des formations proposées par l’établissement pour expliquer sa volonté de suivre une MANAA. Le candidat doit bien se renseigner sur l’école et ses traditions. La sincérité est de mise, mais pour ceux qui n’ont pas encore de projet bien défini, donner quelques idées de la voie à suivre peut permettre aux jurés d’apprécier son profil et d’appuyer sa candidature. Attention tout de même, le jury est souvent composé de membres du corps professoral de la MANAA. Ces derniers sont susceptibles de reconnaître les élèves qu’ils ont soutenus au moment de la rentrée. Il serait dommage de les décevoir en montrant qu’on a tout simplement bluffé lors de l’entretien.